Refuge  exceptionnel   pour   la   biodiversité,   notamment   grâce   à   ses   cavités   où   peuvent   nicher pollinisateurs et autres insectes, oiseaux, chauve-souris, reptiles, petits mammifères, le têtard, arbre « paysan » par excellence, fournit donc tout autant de nombreux services écologiques qu’une grande   diversité   de   produits,   valorisables   dans   l’économie   d’un   territoire :   broyat   pour l’amendement des sols, fourrage ou litière pour les animaux, bois énergie (bûches ou plaquettes) …

Aujourd’hui délaissé, le têtard en tant que forme arborée spécifique répond à de nombreux enjeux. Et il y a aujourd’hui urgence à agir puisque les anciens têtards délaissés sont plus sujets aux forts vents et tombent régulièrement, ou s’ouvrant en deux.

C’est dans cette perspective que le CEN Nouvelle-Aquitaine et Euskal Herriko Laborantza Ganbara ont lancé un projet sur les deux prochaines années, qui comprendra :

  • un inventaire des arbres têtards, mobilisant notamment des outils de science participative en ligne (widget élaboré avec Tela Botanica, qui avait déjà participé à des projets de ce type sur d’autres territoires),
  • des opérations de sensibilisation et de formation auprès des paysans, élus, organismes de formation et du grand public,
  • un accompagnement des agriculteurs et collectivités (valorisation économique, bonnes pratiques, …)

Ce projet est soutenu par la Région Nouvelle-Aquitaine, dans le cadre de l’appel à projets « Nature et Transitions » et par la Communauté d’Agglomération Pays Basque.