En dépit du contexte sanitaire, deux demi-journées d’animation ont permis à une dizaine de participants de découvrir la station botanique du Normandin à St-Quentin-de-Baron, petite commune du Libournais.
Sept kilomètres de randonnée à travers des environnements variés furent l’occasion de s’immerger dans le passé, à la découverte de l’évolution conjointe des paysages et de la biodiversité sous la main de l’Homme. Cette rétrospective historique a permis de retracer l’origine des adventices de culture, et de mieux comprendre les causes de leur déclin aujourd’hui. Point d’orgue de la visite, la rencontre fleurie avec la Tulipe d’Agen et l’Anémone couronnée sur une prairie communale au Normandin.
Issues d’une transplantation conservatoire en 2005 et 2006, ces espèces ont investi la prairie et attirent à chaque printemps de nombreux curieux et amateurs. Pour les participants, ce fut l’occasion de mettre à profit leurs talents de photographes, et de découvrir les moyens de gestion mis en œuvre pour les conserver et les favoriser.
La gestion et la valorisation de ce site sont le fruit d’un partenariat technique et financier entre la commune de Saint-Quentin-de-Baron, le Département de la Gironde, le Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique et le CEN Nouvelle-Aquitaine agissant de concert pour la conservation sur le long terme de ces espèces protégées.

Ces deux animations sur le site du Normandin constituent les premières du programme d’animation 2021 déployé en Gironde grâce au soutien de ses partenaires techniques et financiers : le Département de la Gironde (dans le cadre du dispositif Grand Public), la Région Nouvelle-Aquitaine ainsi que le PNR du Médoc, le SIAEBVELG et le réseau Eco-acteurs en Gironde pour les animations réalisées dans le cadre des Journées mondiales des zones humides.

Pour plus de renseignements et inscription (sous réserve des conditions sanitaires).